L’homme idéal existe. il est québécois de Diane DUCRET - Avis littéraire

mardi 26 septembre 2017

Aujourd'hui, je vais vous parler d’une de mes lectures plus si récente que ça. Il s’agit du roman de Diane DUCRET intitulé « L’homme idéal existe. Il est Québécois. » (merci maman Noël!!!)

l-homme-ideal-existe-il-est-quebecois-DIANE-DUCRET

J’ai été tout de suite séduite par le synopsis et, comme j’avais envie d’une romance, je me suis lancée!

Bonne nouvelle : l’homme idéal existe ! Le hic, c’est qu’il vit au Canada. Mais quand on rencontre l’oiseau rare, un Apollon en chair et en os, en humour et en gentillesse, on fait le voyage. Même quand on est une phobique de l’engagement et qu’on a une peur bleue de l’avion. L’amour mérite bien quelques sacrifices et… quelques épreuves. Pas facile pour cette Parisienne sophistiquée de troquer ses robes et talons pour des boots fourrées et des tenues de camouflages. Mais comment résister à la perle rare ?

Installée sous ma couette avec les bêtes à poils autour de moi, cette lecture a démarré plutôt pas mal. Dès les premières pages, le ton humoristique et rythmé est donné. Il y a des nombreuses répliques assez drôles et des situations cocasses, on a bien envie de savoir la suiteJ’aime beaucoup les métaphores, c’est très très imagé et décalé, et les expressions québécoises amènent des quiproquos assez rigolos.

Bref, le livre commence bien, me plaît beaucoup et j’ai hâte de lire la suite. Le côté invraisemblable de l'histoire ne m'a pas dérangé. C'était même plaisant! On est dans une romance, que diable!

Extrait 1 :

Je me retourne, il va bien sentir mon désarroi. Non, il sourit sous son bonnet triple épaisseur, avec ses chaussures pleines de poils. 

(Diane DUCRET – L'homme idéal existe. Il est Québécois.)
Ed. France Loisir - p11.

Sauf que… ça ne dure pas. Je trouve que ça dégénère, ça devient "trop"...

   

Parfois, les expressions québécoises sont un peu compliquées à suivre mais ce n'est pas ce qui dérange. C'est même plutôt sympatique et dépaysant. Non, ce qui m'a gêné, ce sont les faux quiproquos. Je dis faux parce que même si on ne comprend pas ce que ça veut dire, on ne va pas aller l'interpréter de la même façon que l'héroïne. Je trouve ça exagéré, un peu lourdingue et pas forcément drôle.

Autant, au début, je trouvais très rigolo le rythme, les blagues et ses grandes réflexions intérieures (les questions existentielles du genre "Mais pourquoi il fait ça? Si ça se trouve il veut ci ou alors ça" ou les théories sur les comportements féminins et masculins et leurs relations) autant ça m’a gavé rapidement. C'est devenu "trop". J’ai l’impression que c’est allé de pire en pire, j'aurais souhaité que ça reste simple et léger comme le début.

Et, je l'avoue, à la moitié du bouquin, l'héroïne me saoule et je m’identifie de moins en moins. Je la trouve un peu con-con, elle m'agace. Elle a trop de problèmes qui se veulent « de filles » et c’est beaucoup trop cliché.

Au bout d'une centaine de page, je trouve que ça n’avance pas. Je suis déçue

   

Pourtant, tout n’est pas négatif, j'avais envie de connaître cette histoire et de plonger dans leur intimité. Gabriel, par exemple, le fameux québécois, il a l’air sympa et j’aimerais vraiment le connaître plus. Malheureusement, il est survolé comme les autres personnages. 

Extrait 2 :

Jeune homme, fonctionnel, entièrement meublé avec goût, trente-cinq ans, loi Carrez, clair et calme, vue dégagée, idéal pour jeune femme, professions libérales acceptées, collocation possible. Squatteuses ou locataires à la semaine s’abstenir. p32

(Diane DUCRET – L'homme idéal existe. Il est Québécois.)
Ed. France Loisirs - p32.

 
En bref, c’est une grosse déception, j’avais mis quelques espoirs dans ce livre. Vous ne serez peut-être pas de mon avis mais je ne m’attendais pas à ça et ce n'est malheureusement pas un livre que je conseille. Je me suis ennuyée sur toute la fin.

       

Si vous souhaitez une romance sympa, vous pouvez vous tourner vers des livres comme Complètement cramé de Gilles LEGARDINIER ou  L'Amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS.  

Bonnes lectures !Signature Gloewen

 


L’amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS - Avis littéraire

jeudi 5 novembre 2015

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre L’amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS que j’ai lu récemment.

C'est parti pour la chronique sans spoiler!

l'amour et tout ce qui va avec Kristan HIGGINS
Editions Masaïc - 464 pages
Traduit de l’américain par Jeanne DESCHAMP

   J’avais envie d’une lecture qui change et sans prise de tête alors je me suis dit qu’une romance irait très bien. Mon regard est vite tombé sur ce livre coloré et recouvert de Smarties. Je dois dire que je n’ai pas été déçue.

   Callie Grey, l’héroïne de ce roman, est toujours éperdument amoureuse de son patron avec qui elle a eu une brève histoire mais, contrairement à ce qu’elle veut croire, il semble être passé à autre chose. D’ailleurs, le jour même de ses trente ans, il lui annonce non pas qu’il veut l’épouser mais qu’il sort avec une autre, que c’est assez sérieux et qu’elle va venir travailler à l’agence.

   C’est le coup de massue pour Callie mais elle va devoir faire bonne figure surtout que, ce soir, sa mère lui organise une charmante petite fête d’anniversaire… dans le funérarium familial! A partir de maintenant, c’est décidé, elle va devoir passer à autre chose et essayer de rencontrer quelqu’un…

   Ce livre est une romance comme je les aime. La lecture est simple (mais pas trop non plus, hein) et fluide. Elle nous donne quelques fourmillements dans le cœur et, du rire aux larmes, nous fait passer par toute une palette d’émotions. C’est un roman qui a su trouver écho en moi. J’ai adoré le contexte, cette ambiance de petit village rend les choses plus proches et plus intimes. De plus, l’histoire est bien amenée, pas trop rapidement mais juste assez pour la rendre crédible.

   Le déroulement en lui-même est assez classique et prévisible mais, ce qui fait la différence, ce sont les personnages de Kristan HIGGINS qui sont bien construits et très attachants. Personnellement, je me suis parfaitement imaginée à la place de Callie, cette héroïne un peu givrée, un peu boulet mais très touchante. J’aurais tout à fait pu avoir bon nombre de ses réactions !

 

En bref, l’auteur a une plume très agréable. C’est un livre que je ne manque pas de vous conseiller pour passer un bon moment au coin du feu ou sous une couette moelleuse.

 

 

Bonne lecture!Signature Gloewen

Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER - Avis littéraire

vendredi 3 avril 2015

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un nouveau roman que je viens de lire. Il s’agit de Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER paru aux éditions La brune au Rouergue.

Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER

Une chronique express et sans spoiler parce qu'à force de le voir encore et encore sur la blogosphère, j’ai fini par craquer pour ce roman de 278 pages !

C’est l’histoire d’un gars qui s’appelle Mortimer Decime. Déjà, il partait mal dans la vie au niveau du nom mais, en plus, il y a une malédiction dans sa famille : tous les hommes meurent à 11h du matin le jour de leur 36ème anniversaire. Tu parles d’un cadeau !

Je vous le dis tout de suite, j’ai adoré ce livre dès les premières pages ! J’ai d’ailleurs tellement accroché qu’avant même de le finir je l’ai acheté pour une amie ! J'espère qu'elle va autant aimé que moi !

Les phrases sont courtes et les chapitres aussi. Ils s'enchaînent les uns aux autres sans longueur et de façon très originale et rigolote. J’ai trouvé ce roman rempli de poésie et de tendresse mais également d’humour !

Les personnages sont simples mais très atypiques et ils sont attachants. J’ai immédiatement été capturée par l’univers mis en place par Marie-Sabine ROGER et par l’histoire de Mortimer. Plus on avance dans la lecture et plus ce livre est wahou ! ♡
  

En bref, un grand grand oui pour ce roman ! Si vous souhaitez une petite douceur rapide et sans prise de tête, ce livre est pour vous, je vous le recommande chaudement ! 

     

Bonne lecture!

ps: Si vous avez aimé ce livre, vous pourrez sûrement apprécier les livres de Gilles LERGARDINIER comme Complètement cramé ou Demain j’arrête et ceux de Barbara CONSTANTINE comme Et puis, Paulette... ou A Mélie sans mélo...

Signature Gloewen

L'enfant de tous les silences de Kim EDWARDS - Avis littéraire

mercredi 28 janvier 2015

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman ‘L’enfant de tous les silences’ de Kim EDWARDS.

L'enfant de tous les silences de Kim EDWARDS
Traduit de l’américain par Evelyne JOUVE

C’est une lecture qui faisait partie des trois livres choisis par Lauraline dans le cadre du challenge Livr’à deux pour Pal’addict et je dois avouer tout de suite qu’elle est parfaitement tombée.

1964. C’est l’histoire d’un couple, David et Norah, marié depuis peu et vivant à Lexington dans le Kentchuky (USA). Lui est docteur et elle femme au foyer.
 
Tout commence par une nuit de mars en pleine tempête de neige. David, aidé de Caroline, l’infirmière qui travaille avec lui, est obligé d’accoucher sa femme. Il y a d’abord un petit garçon en pleine santé puis, de façon inattendue, un deuxième enfant. C’est une fille et elle est trisomique.
 
David va alors prendre la décision qui lui parait la meilleure pour tous : il demande à Caroline d’amener la petite fille dans une institution spécialisée et annonce à sa femme qu’elle est morte-née.

En commençant ce livre, je me suis dit qu’il était pas mal car l’histoire est sympa et l’écriture agréable. Puis, petit à petit, les mots m‘ont accrochée et j’ai été complètement prise par l’histoire. Au début de l’histoire, on a l’impression que ce livre a été écrit dans les années 60, à l'époque du récit, et j’ai été étonnée de voir qu’il est paru en 2005.
  

Les personnalités des personnages sont parfaitement décrites, elles sont précises et on voit nettement leur évolution tout au long du livre. Les personnages eux-mêmes sont attachants et touchants on a envie de savoir ce qu’ils deviennent au fil du roman.

Très souvent, l’auteur nous présente ce que chacun d’eux pense ou ressent face à une même situation. C’est fait sans lourdeur, sans répétition et c’est vraiment intéressant de se confronter aux différents points de vue et de pouvoir interpréter toutes les incompréhensions qu'il y a entre les personnages. On se sent impliqué émotionnellement et on voudrait pouvoir faire quelque chose pour eux.
  

Intéressant mais, quelque part, c’est également effrayant car Kim EDWARDS met en évidence le poids des non-dits et les conséquences d’un secret ‘pour le bien de tous’. On se demande sans cesse comment les choses se seraient passées si David avait pris une autre décision ce jour là.
  

L’histoire est extrêmement bien construite. Dans son roman, l’auteur  nous présente des tranches de vie. On observe les personnages évoluer à des années différentes et on voit leurs changements et, quelques fois, leur métamorphose. J’ai aimé la façon l’histoire est bâtie et la façon dont l’auteur nous rapporte les événements qui se sont déroulés entre chaque ‘tranche de vie’. C’est fluide, sans cassure et sans longueur.

  

En bref, après un début ‘pas mal’, j’ai découvert un roman très prenant et très touchant. Je ne regrette absolument pas cette lecture car c'est une belle découverte et je vous la conseille vraiment.
  

Bonne lecture!Signature Gloewen

Oscar et la Dame Rose de Eric-Emmanuel SCHMITT - Avis littéraire

vendredi 14 novembre 2014

Le livre du jour s’intitule Oscar et la dame rose et a été écrit par Eric-Emmanuel SCHMITT en 2002. Il est lu depuis un long moment et il était plus que temps que je vous en parle!!

Oscar et la dame rose Eric Emmanuel SCHMITT
Oscar et la dame rose de Eric-Emmanuel SCHMITT
Edition Albin Michel - 100 pages
Illustrations de Marcellino TRUONG

 

« Ecrire, c’est rien qu’un mensonge qui enjolive »
Eric-Emmanuel SCHMITT (Oscar et la dame rose - p9)
  

C’est l’histoire d’Oscar, un petit garçon de 10 ans atteint d’un cancer et vivant à l’hôpital. Mamie Rose est une des dames venues de l’extérieur de l’hôpital et qui rendent visite aux enfants malades. Elle lui a conseillé d’écrire des lettres à Dieu.

Le roman est composé de ces lettres qui racontent le quotidien d’Oscar d’une façon assez originale. C’est un langage simple et assez familier car c’est un enfant qui parle. Il voit les choses de son regard naïf. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le descriptif de l'histoire, ce livre ne parle pas de religion.
  

Eric-Emmanuel SCHMITT s’attaque à un sujet assez sensible et triste mais il le traite d’une si jolie façon et avec tant de poésie et de sensibilité qu’il n’y a aucun malaise. Il y a beaucoup d’humour et de clins d’œil. Par l’histoire de ce petit garçon condamné, il nous pousse à réfléchir sur la vie, sur la mort, sur la maladie. Il nous fait voir les choses par un angle différent.

C’est une belle histoire remplie d’émotion et les mots sont justes et touchants.

  
Remarque : Oscar et la Dame Rose se croque en une heure.
  

« Si tu dis ‘mourir’ dans un hôpital, personne n’entend. Tu peux être sûr qu’il va y avoir un trou d’air et que l’on va parler d’autre chose »
Eric-Emmanuel SCHMITT (Oscar et la dame rose - p17)
  

En bref, ce livre est une petite pépite d’émotion qui se lit très facilement. C’est un véritable coup de cœur que je vous conseille absolument. C’est le premier roman que je lis de cet auteur et c’est une agréable découverte. Depuis, j’en ai lu d’autres et je ne compte pas m’arrêter tout de suite!

 

« Si je m’intéresse à ce que pensent les cons, je n’aurais plus le temps pour ce que pense les intelligents »
Eric-Emmanuel SCHMITT (Oscar et la dame rose - p33)

 

 

Bonne lecture !Signature Gloewen

 


A Mélie, sans mélo de Barbara CONSTANTINE – Avis littéraire

mercredi 13 août 2014

Aujourd'hui, je vais vous parler de "A Mélie, sans mélo" écrit par Barbara CONSTANTINE (je suis vraiment vraiment vraiment en retard dans mes chroniques *oups* j’ai du mal à tenir mes bonnes résolutions de janvier).

En avant la chronique sans spoiler!!

a melie sans melo de barbara constantine
Editions Calmann-Levy : 244 pages
Editions Le Livre de Poche : 247 pages

Mélie, veuve de soixante-douze, a passé des examens médicaux et les résultats viennent d’arriver. Seulement, c’est l’été et sa petite fille va, pour la première fois, venir passer les vacances chez elle. Mélie compte bien profiter de chaque minute avec sa petite Clara, les résultats peuvent bien attendre...

Il ne faut pas se mentir, ce roman est dans la même lignée que "Et puis, Paulette..." donc, si vous ne l’avez pas aimé, passez votre chemin.

On entre dans l’histoire dès les premiers mots et c’est avec bonheur que l’on fait la connaissance des différents personnages. Le livre nous présente des petits morceaux de vie qui nous font sourire, tantôt émouvants, tantôt drôles et parfois farfelus.

Tout n’est pas toujours crédible mais c’est très agréable à lire. C’est un livre qui nous rend Bisounours. Le langage est simple, léger, parfois familier et les personnages sont attachants (peut-être auraient-ils mérité d’être un peu plus creuser mais c’est un détail et ce n’est pas vraiment ce que j’attendais de cette lecture).

On reconnaît bien le style de Barbara CONSTANTINE que j’avais découvert dans "Et puis, Paulette...". J’avais d’ailleurs l’impression de lire un peu la même histoire. Cela m’a un peu dérangé au début mais, au final, j’ai passé un délicieux moment en lisant ce roman.
(Pour info, " A Mélie, sans mélo" date de 2008 tandis que "Et puis, Paulette..." est de 2012)
  

En bref, j’ai aimé l’histoire, sa douceur et sa fraîcheur. C’est une lecture agréable, rapide et sans prise de tête que je vous conseille si vous aimé ce genre d’histoire.

    

Si vous avez lu ce livre et que vous cherchez d’autres histoires dans le même genre, je vous conseille Et puis, Paulette... du même auteur ou les romans de Gilles LEGARDINIER : Et soudain tout change, Demain j’arrête et Complètement cramé.

Bonne lecture !Signature Gloewen

La fille du papillon de Anne MULPAS - Avis littéraire

samedi 19 juillet 2014

Je reviens à vous avec La fille du papillon écrit par Anne MULPAS. C’est un livre que j’ai reçu par les éditions Sarbacane suite au concours que Herby’s book organisait pour fêter le premier anniversaire de son blog.

Aussitôt reçu, aussitôt lu! Voici donc ma chronique sans spoiler!

La fille du papillon de Anne MULPAS

Je peux déjà vous dire deux choses :

  1. J’ai englouti ce roman
  2. J’adore la couverture pleine de couleurs

Ce roman est le journal intime d’une jeune fille de 16 ans, Sloveig. Lycéenne et vivant à Reims, elle vit seule avec son père depuis que sa mère est décédée. D’ordinaire, elle déteste tous les « trucs de fille » mais elle s’est lancée après sa rencontre avec un jeune garçon qu’elle surnomme son « Monde »…

Une adolescente est censée écrire ce journal alors les mots employés sont simples et le langage parfois familier ou même "texto". Ce sont les idées écrites dans une sorte de vrac (organisé, hein) et avec des phrases courtes comme celles issues du cerveau hystérique d’une lycéenne à l’imagination débordante. Oui, je l’avoue, ça m’a rappelé… moi! *nostalgie*
On se fait très vite au style un peu original qui, par moment, ressemble à de la poésie et où les mots donnent l’impression de chanter. C’est très très agréable.

Solveig est intéressante et attachante mais j’ai un petit regret quant aux autres personnages qui sont moins travaillés. En même temps, ce sont des personnages secondaires et nous les connaissons uniquement par les yeux de la jeune fille.

C’est un roman avec de l’imagination, de la poésie mais aussi de la profondeur. L’adolescence est un stade de la vie où l'on se cherche énormément et Sloveig n’y échappe pas avec son lot d’émotions contradictoires. Elle se pose énormément de questions sur le monde, sur la vie, sur l’avenir et sur sa place. J’ai aimé les réflexions que ce livre amène et sa façon de déclencher certaines émotions suivant les situations (tristesse, joie, désespoir, rire.. .).

S’il faut vraiment trouver un défaut à La fille du papillon, je dirais les premières pages, le temps que l’histoire se mette en place, car je me demandais vers où ça allait aller. Mais j’ai été prise au jeu très vite et n’ai pas vu cette lecture passer!

 

En bref, une lecture fort sympatique que je vous conseille pour passer un bon moment. J’ai retrouvé, durant 200 pages, la lycéenne que j’étais!  

 

Je remercie chaleureusement Herby’s book et les éditions Sarbacane pour cette très belle découverte!

Bonne lecture!Signature Gloewen

 

Une place à prendre de Joanne K. ROWLING - Avis littéraire

mercredi 16 juillet 2014

Je viens de finir le roman "une place à prendre" de Joanne Kathleen ROWLING, la maman de Harry Potter. Voici donc ma chronique sans spoiler!

Une Place à prendre de JK ROWLING
2012**Traduit de l'anglais par Pierre Demarty.
  

**Le roman se déroule dans la petite ville de Pagford, en Angleterre, avec ses belles maisons bien rangées, son respect des traditions et ses habitants qui se connaissent tous plus ou moins.
**Dès les premières pages, nous assistons à un drame : Barry Fairbrother, conseillé paroissial de Pagford, est victime d’une attaque cérébrale, succombe à ses blessures et laisse… une place à prendre. Nous allons plonger dans les répercutions que sa mort ne manque pas de provoquer chez les habitants de cette ville si calme et paisible… en apparence.

L’histoire est un peu longue à se mettre en place. En effet, il n’y a pas qu’un seul personnage principal mais une bonne quantité des habitants de cette petite ville et chacun de ces personnages est travaillé en profondeur.  De plus, JKR, comme à son habitude et l’air de rien, plante un solide décor bien travaillé et dont on se rendra compte de l’étendu que bien plus tard. La présentation de tout cela prend donc un peu de temps.

Durant ces premières pages, j’ai été un peu perdue, me demandant vers où l’histoire allait partir (il faut dire aussi que je n’ai emprunté ce livre qu’en me basant sur l’auteur). Il s’agit d’intrigues au sein d’une petite bourgade qui cache bien des secrets derrière une façade très propre sur soi.
  

Bien que l’histoire soit complètement différente de la série Harry Potter, on reconnait tout à fait son style d’écriture et il est vraiment très très plaisant! Joanne K. ROWLING a un grand talent, c’est certain! Elle n’a pas son pareil pour créer et résoudre les intrigues et, surtout, pour happer le lecteur et le faire passer par toutes les émotions!
  

J’ai aimé le déroulement de l’histoire jusqu’à la fin du livre mais, pour moi, ça se termine trop brutalement et laisse une impression d’inachevé. Je m’attendais à une suite et me suis demandée s’il ne manquait pas une partie à mon exemplaire emprunté! C’est dommage!
  

\rightarrow Ce n’est pas un livre à placer dans les mains d’enfants. Il est clairement destiné à des adultes et des sujets tels que la maltraitance, l’alcool, la drogue ou le sexe y sont abordés.

\rightarrow La voix de Philippe Résimont, qui lit le roman, est vraiment très agréable. Sa lecture rend hommage aux mots de Joanne Kathleen, il a beaucoup de talent en la matière.
  

En bref, ce n'est pas un coup de coeur mais, dans un style différent de sa saga HP, J.K. ROWLING nous présente ici une intrigue ficelée et bien agréable à lire avec, tout de même, un petit bémol sur la fin.

Si tu veux savoir pourquoi un livre audio, tu cliques ici.

  
Bonne lecture!
Signature Gloewen

 

  

 

18 juillet 2014 : Un petit message spécial pour remercier Hellocoton de nous avoir choisi dans sa selection Culture du jour!

La selection culture du jour 01
selection culture du jour

Si vous voulez nous suivre,
c'est par ici que ça se passe :
Suivez moi sur hello coton

Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine PANCOL - Avis littéraire

mercredi 25 juin 2014

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman de Katherine PANCOL : Les yeux jaunes des crocodiles (2006). Emprunté à la médiathèque, ça faisait un moment qu’il m’intriguait !

Les yeux jaunes de crocodiles de Katherine PANCOL audiolib
Editions Audiolib : 19h (Livre lu par Marie-Eve DUFRESNE)
Editions France Loisir : 714 pages
Editions Le Livre de Poche : 661 pages
Editions Albin  Michel : 651 pages

L'histoire :

*Joséphine et Antoine sont mariés et ont deux filles mais ça ne va plus vraiment entre eux.
*Joséphine vient d'une famille aisée et a une soeur dont elle est toujours restée dans l'ombre, d'ailleurs, elle reste toujours dans l'ombre de tout le monde.
*Depuis qu'Antoine a perdu son boulot bien placé et très bien payé, il y a deux ans, il ne travaille plus. Il pense qu'il retrouvera un autre travail du même niveau et ne veut pas s'abaisser à en prendre un plus bas et moins rémunéré. Il devient maussade, tourne en rond et délaisse sa famille sans s'en apercevoir. Avant il se moquait des recherches de Joséphine sur la vie des femmes au 12ème siècle, maintenant, c'est ce qui les fait vivre.
*Ils ne vont pas tarder à se séparer.

Je trouve ce roman très très lent et ennuyeux. J'ai eu du mal à me motiver à poursuivre et j'ai l'impression qu'il ne s'y passe pas grand chose. Il est pourtant simple à comprendre et parle *presque* de la vie de tous les jours. Mais c’est sous une lumière assez déprimante qu’il le fait, il faut le dire.

Les personnages sont torturés et entre les soucis d'argent, les hypocrisies et les coucheries, il est difficile de voir la vie du bon côté et d'avoir foi en la nature humaine. Peut-être est-ce dû au fait que les dernier livres contemporains que j'ai lus (Complètement Cramé, Demain j'arrête ou encore Et puis Paulette) étaient plein de bonheur, comme un concentré de joie, et m'ont rendus bisounours... Ici, c'est plutôt le contraire! Si tu es trop euphorique ou joyeux et que tu veux redescendre, c'est LE livre à lire.
  
Le résumé du quatrième de couverture nous dit : "Ce roman, c'est la vie". Je ne suis pas d'accord avec ça ou alors pas la vie du commun des mortels. Il est histoire d'argent *de beaucoup d'argent* du grand monde, d'avocats, de dirigeants de très grosses entreprises, de mode, de Stars, de Reine d'Angleterre, etc...

Pour moi, on dirait un Harlequin mais en beaucoup plus lent et en moins vrai. Même l'histoire d'amour sonne faux. Je suis déçue car la couverture pétillante et le titre rigolo me faisait espérer un autre type d'histoire! Du coup, je n'ai plus du tout envie de lire les autres livres de Katherine PANCOL (j’ai d’ailleurs rendu, sans les lire, les suites de ce roman à la médiathèque et je fuis lorsque je vois son nom)

 

Pourtant, tout n'est pas à jeter dans ce roman. Même si, dans la réalité, ils ne seraient pas très crédibles, à la longue, on finit par s'attacher à quelques uns des personnages. L'idée globale du roman n'est pas mauvaise non plus, il y a énormément de potentiel mais ça part dans tous les sens. Au collège, en cours de français, on nous aurait dit : "hors sujet". Il y a des choses qui sont développées dans ce livre mais qui n'apportent rien au récit et des personnages qui auraient plutôt mérités leur propre histoire. On s'égare un peu.

De plus, il y a trop de choses invraisemblables et toutes les actions sont très prévisibles. Je pense que c'est la façon dont l'histoire est traitée et présentée qui cloche. En fait, je crois que c'est une histoire que j'aurais envie de découvrir mais autrement, retravaillée ou par un autre auteur peut-être...


En bref, vous l'aurez compris, je n'ai pas accroché à ce roman. Je l'ai trouvé lent, très déprimant et peu crédible. Ce n'est vraiment pas une lecture que je vous conseille.

Donjon book monster

La lecture de ce roman entre dans le Challenge littéraire "Dungeon Book Monster".

Session 2 : Equipe Gandalf, Niveau 1.
Session 2 : Pas de bonus pour cette attaque.

J’ai attaqué le Golem avec des bombes qui lui ont fait perdre 714 PV.  L’attaque était difficile mais ça valait le coup !

 

Edit :
Je viens de me rendre compte qu'une adaptation cinématographique est sortie sur les écrans noirs le 09 avril 2014. C'est un film de Cécile TELERMAN.
Par curiosité, j'ai regardé le casting puis la bande annonce et je dois dire que je suis agréablement surprise. Je n'ai pas du tout la même impression que pour le livre, l'histoire à l'air d'être tournée différemment et attise ma curiosité! Je vais peut-être me laisser tenter! ;)

  
Bonne lecture!
Signature Gloewen

Et puis, Paulette de Barbara CONSTANTINE – Avis littéraire

jeudi 5 juin 2014

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un roman que j'ai lu récemment. Il s'agit du roman "Et puis, Paulette" écrit par Barbara CONSTANTINE.
(Et j'ai plein d'autres chroniques littéraires à vous écrire! J'ai pris du retard!)

Et puis Paulette de Barbara CONSTANTINE Avis littéraire
Editions Audiolib : 5h18
Editions Calmann-Levy : 306 pages
Editions Le Livre de Poche : 288 pages

 

  Ferdinand est dans sa voiture lorsqu’un chien se jette sous ses roues. Il l’évite de justesse, s’arrête et le reconnaît : c’est le chien de sa voisine Marceline. En le lui ramenant, il la découvre allongée sur son lit et une odeur de gaz règne, il la réveille à coup de claques.

Dès le premier chapitre, nous avons le sourire aux lèvres. Les personnages ont l’air sympathique et on a bien envie de les suivre pour un bout de leur histoire. C’est avec grand plaisir que l’on entre dans le livre.

Le point de vue du récit n’est pas toujours le même, nous passons d’une personne à une autre, du coup, connaissant les pensées de chacun on se rend compte des quiproquos et ça nous fait sourire.

Ce roman est un morceau de vie qui nous rend un peu Bisounours. On s’y sent chez nous. Il parle de moments simples et de petits vieux. On y rencontre une drôle d’équipe de bras cassés qui va franchement nous faire passer un bon moment. Avec leurs qualités et leurs défauts, les personnages sont très attachants et c’est avec regrets que je les ai quitté à la fin du livre.

Le langage est simple, un peu familier et léger. Je ne connaissais pas la plume de Barbara CONSTANTINE mais j’ai bien envie de découvrir ses autres livres.

J’ai découvert ce roman en version audio, il était lu par Daniel NICODEME et c’était un vrai bonheur à écouter : il a une voix fantastique et une belle façon de conter. Je vous le conseille!
  

En bref, si vous voulez passer un bon moment et vous détendre avec une jolie histoire qui fait du bien, lisez-le!

  

Et puis, comme je l’ai dans la tête à chaque fois que je pense à ce livre, voici pour vous la chanson de Yves MONTAND "La bicyclette" :

Si vous avez lu ce livre et que vous cherchez d’autres histoire dans le même genre, je vous conseille les romans de Gilles LEGARDINIER : Et soudain tout change, Demain j’arrête et Complètement cramé.

Bonne lecture !Signature Gloewen