Thérapie de Sebastian FITZEK - Avis littéraire

jeudi 22 octobre 2015

Aujourd'hui, je reviens vers vous avec Thérapie le premier roman de l'Allemand Sebastian FITZEK.

On avait plein d'articles tous prêts à être publier et *abracadapouf* tout à disparu.... (grrr) Internet ne fonctionne vraiment pas super (re grrr) alors, là, ça énerve nos nerfs! Bref, on fait ce qu'on peut et on essaye de remettre tout ça à jour car ça commence à s'accumuler!

C'est parti pour la chronique sans spoiler!

Therapie Sebastian Fitzek
Le Livre de Poche - 320 pages
Traduit de l'Allemand par Pascal ROZAT

L'histoire

      La fille de Viktor Larenz, psychiatre de renom, souffre d'une maladie qu'aucun docteur n'arrive à soigner. Un jour qu'il l'emmène chez un énième spécialiste, elle disparaît.
      L'histoire commence quatre années plus tard. Le docteur n'a toujours aucune nouvelle de sa fille, il a arrêté d'exercer et est parti dans sa maison sur l'île de Parkum afin de prendre un peu de recul. Il va y faire une rencontre assez déroutante.

  
Mon avis

Ce livre est tout simplement une bombe. Pour faire simple, il est tout ce que je recherche dans la lecture : être happée par les mots et embarquée par l'univers, ne pas pouvoir relâcher le livre avant de l'avoir fini. J'ai appris que c'est le premier roman de Sebastian FITZEK et je ne suis pas étonnée qu'il ait été au top des ventes.

Pourquoi j'ai aimé? Déjà, parce que l'écriture est claire et fluide, ensuite, parce que les personnages sont bien construits et intéressants et, surtout, parce que c'est un digne représentant de son genre, le thriller. En effet, il nous tient en haleine et nous met sous pression au fil des mots. L'intrigue est terriblement bien ficelée, elle nous prend dès les premières pages et il nous faut attendre d'arriver aux dernières, d'avoir toutes les pièces du puzzle pour avoir la lumière et comprendre le tableau. L'auteur nous attire sur une piste puis sur une autre sans que l'on s'aperçoive qu'il nous mène en bateau. Rien n'est laissé au hasard et chaque rebondissement nous prend par surprise. A l'instar du protagoniste, Viktor, on est dans le flou, on ne distingue plus le vrai du faux, les gentils des méchants. 
  

En bref, ce livre est un coup de coeur. Je le conseille à tous les amoureux du genre et, bien-sûr, à ceux qui veulent tenter l'expérience. Sebastian FITZEK est à coup sûr un auteur que je relirai très prochainement.

Bonne lecture!Signature Gloewen


Six ans déjà de Harlan COBEN - Avis littéraire

lundi 31 mars 2014

Bonjour, bonjour,

Aujourd’hui, une petite chronique vite fait sur le thriller Six ans déjà d’Harlan Coben.

Chronique de six ans deja de Harlan Coben
Traduit de l'Américain par Roxane Azimi - 384 pages.
Ce thriller est paru en avant première chez France Loisir.
  

 L'histoire commence par le mariage de Nathalie. Jake y assiste, impuissant : l’amour de sa vie se marie avec un autre. Elle lui fera ensuite promettre de ne plus jamais la contacter et il tiendra sa promesse... pendant six ans.

  
Ce roman se lit vite. Pas de présentation longue et inutile, par une action, on entre tout de suite dans le sujet. On commence par quelque chose qui nous intrigue et nous donne envie d’en savoir plus, Harlan Coben sait nous emmener.

Le livre est écrit à la première personne. Jake, le personnage principal, nous parle directement, il nous raconte ses pensées, nous interpelle, nous pose des questions. J’ai beaucoup aimé ce bonhomme que j’ai tout de suite pris en affection car j’ai été touchée par son histoire et par son caractère. Les autres personnages sont aussi intéressants et on les soupçonne à peu près tous d’être coupables ou de mèche avec le coupable!! Harlan Coben nous balade où il veut de rebondissement en rebondissement.

J’ai entendu pas mal de gens lassés par l’écriture de l’auteur mais ce n’est pas mon cas. Dans celui-là comme dans ses autres romans, il y a énormément d’action et de suspense. Il y a aussi pas mal d’humour et j’avoue que c’est ce qui me plait!

 

En bref, je vous le conseille vraiment si vous aimez les intrigues policières bien ficelée et où ça bouge!


Et si vous voulez lire un autre livre de Mister Coben, je vous conseille aussi
Une chance de Trop!

Bonne lecture!Signature Gloewen

 

Kaleb, saison III : Tout est bien qui finit mal de Myra ELJUNDIR - Avis littéraire

mercredi 12 février 2014

Après la chronique du tome 1 : C'est si bon d'être mauvais, après la chronique du tome 2 : le mâle dans la peau, voici venir… la chronique du tome 3! Quelle originalité! Ben oui, je l’ai lu dans la foulée.

Je veux bien sûr parler de la trilogie Kaleb écrite par Myra ELJUNDIR.

 

Publié aux éditions Robert Laffont, ce troisième et dernier volet compte 440 pages et s’intitule :

Tout est bien qui finit mal.

Kaleb saison 3 de Myra Eljundir dans le coffre de Gloewen et Scrat

 

 

Attention spoilers! =>  Cette chronique devoile des informations des tomes 1 et 2.
Si vous n'avez pas lu le tome 1, rendez-vous: Chronique : Kaleb - saison I de Myra ELJUNDIR.
Si vous n'avez pas lu le tome 2, rendez-vous :Chronique : Kaleb, saison II : Le mâle dans la peau de Myra ELJUNDIR.

 

 

   Six mois ont passé depuis que Kaleb a appris que son Amour Abigail porte son enfant. Nous avons laissé le jeune homme en compagnie des autres EDV tandis que la rousse flamboyante partait avec le colonel Bergson.

C’est donc avec une énorme envie de connaître la suite que je me suis jetée sur ce dernier volume.
 

Celui-là est un peu différent des autres puisqu’il va nous permettre de lire le fameux Livre du Volcan en alternance avec l’histoire de Kaleb.  C’est d’ailleurs principalement l’Histoire de ce livre qu’il va relater.  En même temps que le jeune garçon, on va tout apprendre et tout comprendre. De son passé à l’origine des EDV et des sentinelles, les pièces du puzzle vont se mettre en place petit à petit jusqu’à l’affrontement final.

J’ai adoré le récit de ce livre tellement fondamental pour cette trilogie. Il est présenté comme une légende. On est simple spectateur et pas du tout dans le feu de l’action comme lorsque l’auteur nous parle de Kaleb ou du présent. On n’a pas vraiment l’impression de les vivre ou, du moins, pas de la même manière. Cela m’a donné l’impression de regarder les faits passés à travers une boule de cristal.

Je préfère lorsque de Myra Eljundir utilise ce style d’écriture. Il me parait moins simplet et dérangeant.

 

Dans la lignée des deux premiers tomes, nous allons de surprises en révélations pour des choses que nous n’aurions pas imaginées. On aime ou on déteste les personnages mais ils ne laissent pas indifférents.  Je l’ai trouvé beaucoup plus simple à suivre avec moins de secrets « semi-divulgués ».

L’auteur continue cependant de nous manipuler à sa guise. La méthode est un peu différente car elle va, en quelque sorte, nous offrir deux lectures d’un évènement. Les personnages ont pas mal de choses à cacher et jouent des doubles-jeux. Elle nous relate l’évènement une première fois, plein de suggestions, nous laissant l’interpréter à notre manière et lorsqu’on croit avoir tout cerné, elle nous l’expose différemment par les yeux d’un autre personnage et, là, tout change.

 

En lisant les premiers tomes, je me suis demandée pourquoi avoir choisi de diviser l’histoire en trois livres. La trilogie finie, ayant plus de recul, je me suis rendue compte que chacun des trois volets avait son style bien particulier et sa propre histoire bien que l’ensemble soit dans la même continuité. Parmi les trois, c’est sans conteste ce dernier volume que je préfère.

 

Bref, un dernier volet à la hauteur de mes attentes avec des surprises et des clins d’œil que je vous laisse découvrir par vous-même. N’attendez plus pour le lire!

Comme les deux premiers volumes, ce troisième tome est déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans. Voir mon avis: Chronique : Kaleb - saison I de Myra ELJUNDIR.

 

Bonne lecture à tous!Signature Gloewen

Posté par Le coffre de Gloewen et Scrat à 18:06 - - Permalien [#] - Bafouilles [4]
Laissez votre impression!

Tags : , , , , , , , , ,

Kaleb, saison II : Le mâle dans la peau de Myra ELJUNDIR - Avis littéraire

mardi 11 février 2014

Souvenez-vous, il y a peu je vous parlais d’un des livres que Papa Noël m’a apporté au pied du sapin. Il s’agissait du premier tome de Kaleb : C’est si bon d’être mauvais écrit par Myra Eljundir.

Eh bien, il a de nouveau craqué puisqu’il m’a offert des deux tomes suivants de cette trilogie. Mais c'est fini Noël, non?
  

Aujourd’hui, je vais donc vous parler du deuxième volet :
 

Kaleb, tome 2 : Le mâle dans la peau

Paru aux éditions Robert Laffont en 2013, ce deuxième volume compte 320 pages
soit 120 pages de moins que le premier.

Kaleb saison II Le mâle dans la peau de Myra ELJUNDIR

 

 

 

Attention spoilers! =>  Cette chronique devoile des informations du premier tome.
Si vous ne l'avez pas lu, rendez-vous ICI.

 

 

 

   L’histoire commence. Kaleb est dans un avion, il survole l’Islande, le pays d’origine de sa mère. Il découvre ce pays vu du ciel et va bientôt atterrir.

Avant d’en savoir plus, l’auteur nous offre un flash back. Que s’est-il passé depuis que nous avons laissé le jeune homme?

   Souvenez-vous, à la fin du premier tome, nous quittions un Kaleb que plus rien de retenait en France et bien décidé à retrouver sa mère et ses origines. Il se dirigeait vers l’Irlande sur les conseils d’Abigail dans le but de rejoindre un groupe d’EDV planqués et, surtout, la jolie rousse qui a hanté ses rêves.

Ici,  on se replonge tout de suite dans l’action, retrouvant avec bonheur les aventures du garçon. Myra Eljundir nous fait pas mal de rappels concernant les événements du premier volet. Ils sont très appréciables, surtout si ça fait longtemps que l’on a lu le bouquin, et passent tous seuls.

On va apprendre à connaître plus intimement les personnages déjà rencontrés dans la partie précédente : Kaleb bien sûr, Abigail, le colonel Bergson et d’autres dont on n’aurait pas pensé qu’ils auraient une telle importance. On va pouvoir mieux les cerner, comprendre leurs choix et les apprécier…  ou non! Puis, on va également découvrir de nouveaux personnages mais, là, je vous laisse la surprise.

Personnellement, j’aime beaucoup Kaleb mais, bon ou mauvais, qui est-il vraiment? Comment va-t-il tourner?
 

Tout au long de l’histoire, nous apprenons énormément de « secrets » plus ou moins importants, des intentions ou des actes cachés des divers personnages. Pour nous les présenter et créer un suspense (et l’envie de savoir plus), l’auteur nous les présente morceau par morceau et, pour utiliser l’expression consacrée, elle en dit trop ou pas assez! C’est d’ailleurs un des petits bémols que j’y verrai : Il y en a vraiment beaucoup!!! C’est embêtant dans le sens où on peut être obligé de relire les passages pour être certain d’avoir tout compris et savoir qui est quoi. Ça peut vite devenir agaçant...

Comme dans le premier tome (c'est si bon d'être mauvais), j’ai grandement apprécié le jeu sur le bien et le mal. La frontière est mince et on ne sait pas trop où elle se situe. On ne sait pas dans quels camps sont les gens. Est-ce qu’ils jouent un double (ou un triple?) jeu? On ne sait pas trop qui croire, on est un peu perdu comme les personnages qui naviguent dans le brouillard. On pense avoir compris certaines choses et, dans le chapitre suivant, tout bascule pour une version à laquelle nous n’aurions pas pensé. En gros, on se fait manipuler comme des bleus et ça nous plait!

Le style est toujours aussi simple avec un côté "jeunesse" assez déstabilisant par rapport aux propos mais on l'oublie très vite car l'histoire nous emmène complètement.

 

En bref, un deuxième tome dans la lignée du premier et que j’ai dévoré en une seule fois. Je vous le conseille. J’accroche beaucoup à cette histoire, elle est bien trouvée! Maintenant, je n’ai qu’une hâte : connaître la suite car la fin nous laisse… sur notre faim!

Comme le premier volume, ce deuxième tome est déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans. Voir mon avis ICI.

Retrouvez également le troisème tome : Kaleb, saison 3 : Tout est bien qui finit mal - Myra ELJUNDIR

Bonne lecture !Signature Gloewen

 

Posté par Le coffre de Gloewen et Scrat à 21:09 - - Permalien [#] - Bafouilles [2]
Laissez votre impression!

Tags : , , , , , , , , ,

Kaleb - saison I de Myra ELJUNDIR - Avis littéraire

mardi 7 janvier 2014

Je vais vous parler, aujourd’hui, d’un livre que le Papa Noël m’a apporté au pied du sapin. Il s’agit de Kaleb de Myra ELJUNDIR et il est inscrit "saison I" ce qui présage d’autres livres à suivre.

Ce que j’aime bien avec les livres que l’on reçoit en cadeau, c’est que ce ne sont pas souvent des livres vers lesquels on aurait été attirés soit-même et j’avoue qu’ici la couverture ne me fait aucun effet positif…

Bref, paru aux éditions Robert Laffont en 2012, ce roman de 440 pages est suivi de deux autres saisons qui, après recherches, se sont révélées déjà éditées puisqu’elles étaient en vente pour les fêtes.

Kaleb saison 1 de Myra Eljundir dans le coffre de Gloewen et Scrat

 

Je classerais ce livre comme un thriller fantastique. Il est déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans, ce qui peut se comprendre car il y a quelques scènes un peu violentes et quelques scènes de sexe. En lisant la mise en garde sur le livre, mon enthousiasme a été légèrement refroidi car je m’imaginais quelque chose de vraiment trash ce qui n’est pas tout à fait le cas. Cependant, ce livre ne s’adresse pas aux plus jeunes.

   Kaleb est un adolescent qui vit avec son père car sa mère est morte lorsqu’il était bébé. Durant toute sa vie, ils n’ont cessé de déménager, ne restant jamais plus de deux ans au même endroit. Ils ont vécu principalement aux Etats-Unis mais, depuis peu, sont de retour au pays d’origine du père : la France.
  A 19 ans et comme beaucoup de jeunes, Kaleb subit de nombreux changements aussi bien dans son corps que dans son caractère. Petit à petit, il va également se découvrir un don d’empathie, c’est-à-dire la capacité de ressentir ce que les gens ressentent. Plus ce don devient fort et plus l’empathe peut influencer les autres. C’est le gros dilemme pour Kaleb : va-t-il s’en servir pour faire le bien ou pour faire le mal? Peut-il lutter contre sa nature?

En commençant la lecture de ce roman, je me suis trouvée déstabilisée par le style d’écriture assez simple de l’auteur. C’est un style qui fait très « jeunesse » pour des propos qui ne le sont pas vraiment.
J’ai également trouvé la police d’écriture un peu trop grosse, du coup, les 440 pages sont un peu exagérées, mais ça c’est plutôt un problème d’édition!

Très vite, je suis passée au dessus de ça car l’histoire est très prenante. Je trouve le personnage principal très attachant avec toutes les questions qu’il se pose et ce qui lui arrive. Nos sentiments envers lui font le yoyo sitôt que l’on pense qu’il penche du bon ou du mauvais côté. Un peu comme Docteur House, s’il est mauvais, on lui voit tout de même un bon fond à l’intérieur. De manière générale, on s’attache facilement aux personnages même si ceux-ci ne sont qu’éphémères par rapport à l’histoire.

! Si vous ne voulez vraiment aucun spoiler, ne lisez pas le rectangle ci-dessous et courrez acheter le livre. Sinon, ce que je vous y raconte vous l'apprenez au début du roman donc ce n'est pas un vrai spoiler!

   Vous l’avez compris, les empathes sont potentiellement dangereux comme tous ceux qui ont un don. Depuis des siècles, une organisation s’est créée pour les surveiller. Dans le livre, cette organisation est la force opposée. On ne sait pas dans quel « camp » est Kaleb et on ne sait pas vraiment non plus dans quel camp elle est. Où est le bien? Où est le mal?

J’ai  beaucoup apprécié le suspense créé par toutes ces inconnues et cette histoire qui n'est pas toute tracée. Kaleb est-il bon ou mauvais? Dans quel « camp » sont les personnages qui apparaissent au fur et à mesure de l’histoire?

L’auteur n’a pas choisi de raconter uniquement le point de vue de Kaleb. Selon le chapitre ou le paragraphe, on apprend l’histoire, les pensées ou les sentiments des divers personnages. Petit à petit, on pourra faire des « liens » entre eux et leur imaginer un « camp ». De plus, le lecteur sait des choses que les personnages ignorent, ça permet de faire monter un peu la tension.

Jusqu’à la fin du livre on va de révélation en révélation. Il m’a plutôt fait l’effet d’une introduction, comme si l’histoire allait commencer maintenant, dans les prochains livres.

En bref, une histoire prenante et originale, différente de ce que j’avais imaginé. Le livre se lit très vite et facilement et donne envie de savoir la suite.
  

Retrouvez nos chroniques sur les deux autres tomes de la trilogie :

 

 

Malheureusement pour moi, je suis retournée en Angleterre la suite va donc attendre un peu!

Bonne lecture!!Signature Gloewen

 

Posté par Le coffre de Gloewen et Scrat à 14:29 - - Permalien [#] - Bafouilles [8]
Laissez votre impression!

Tags : , , , , , , , , ,

Une chance de trop de Harlan COBEN - Avis littéraire

vendredi 5 octobre 2012

Envie de lire quelque chose...

*******Pioche au hasard dans la bibliothèque.

**************Un bouquin....

***********************Et quel bouquin!!!

 

Une Chance de Trop de Sir Harlan COBEN

une chance de trop harlan coben gloewen Le titre original est "No second chance",
il a été traduit de l'américain par Roxane AZIMI.

Ce livre est tout simplement génial. C'est une hisoire très captivante : une fois que le nez est mis dedans, on ne peut plus l'enlever avant d'avoir refermer la couverture! C'est un véritable plaisir de lire ce monsieur et, comme toujours, on aime à se laisser pièger par ses mots et à se laisser suprendre par les revers de l'histoire lorsqu'on croyait avoir compris ce qui se tramait.

J'ai lu sur divers avis que les gens étaient déçus par ce livre par rapport à d'autres qu'il a écrit. Etant profane dans tout ce qui est explication de texte, je donne mon avis de "spectateur", du plaisir que j'ai eu à lire et à me laisser transporter dans le monde qu'il a créé.

Et comme le disait un Grand Homme : "La magie n'opère que si l'on veut bien consentir à se laisser emporter par elle." (JRRT)

**************C'est ma philosophie! ;)

 

 

Bref, voici le résumé :
(Qu'en général, je n'aime pas lire jusqu'au bout car il nous rélève trop d'éléments de l'histoire!)

La vie de Marc Seidman, chirurgien plastique dans une banlieue paisible de New York, bascule le jour où il s'écroule dans sa cuisine, touché par deux balles de revolver. Lorsqu'il se réveille douze jours plus tard à l'hôpital, il apprend que sa femme a été tuée au cours de l'agression et que Tara, sa petite fille de six mois à peine, a disparu.
Une demande de rançon lui parvient bientôt. Malgré ses réticences, Marc prévient la police et réunit les fonds. Malheureusement, la confrontation échoue : les ravisseurs s'emparent des deux millions de dollars et disparaissent dans la nature. Désespéré, il se lance alors dans une lutte acharnée pour retrouver sa fille...

Bonne lecture!!

Signature Gloewen