ça peut pas rater de Gilles LEGARDINIER - Avis littéraire

lundi 20 novembre 2017

Aujourd'hui, je vais vous parler du roman "ça peut pas rater" écrit par Gilles LEGARDINIER.

ça peut pas rater gilles legardinier


Après une histoire d'amour des plus décevantes (avec "L'homme idéal existe, il est québécois"), j'avais envie d'une lecture fraîche et qui me donne la patate. Je me suis tout de suite dirigée vers une valeur sûre : Gilles LEGARDINIER car il ne m'a pas encore déçu dans ce genre-là.

Dès le premier chapitre, j'ai été happée par l'histoire et j'ai souri bien que ça ait commencé au plus mal pour notre protagoniste : Marie vient de se faire larguer et virer de l'appartement commun après plus de 10 ans de relation.

Citation :

"Je suis sciée. ça fait deux fois que je suis sciée en moins de douze heures. Je vais finir en bûchettes. Une belle flambée avec la Marie sciée. Ce n'est pas grave, de toute façon je souhaite être incinérée."

(Gilles LEGARDINIER – ça peut pas rater)
Editions Fleuve - p 20.

Pour ce nouveau roman, je crois qu'il a utilisé la même recette magique que pour "Demain j'arrête" et ça marche! On a l'impression que c'est une femme qui a écrit l'histoire. Ouais, je sais, c'est quoi ces préjugés? (pardon..) Est-ce vraiment différent dans la tête d'un homme? On est tous humain avec nos peurs, doutes et espoirs... Bref, je m'égare. J'adore cette faculté à se mettre dans le peau de son personnage.

J'ai trouvé les personnages attachants et j'ai adoré les rencontrer, apprendre à les connaître ou même rire d'eux en les trouvant tarte! J'ai adoré les idées loufoques de Marie, ses réflexions un peu bizarres (mais exactement celles que je peux me faire) et le côté irréaliste par moment (tu le ferais pas en vrai mais ça fait du bien de braver les "interdits" pour de faux!). Et j'ai adoré les petites leçons de vie qui sont dispersées à droite et à gauche.

En bref, un roman frais qui fait du bien au moral. Un vrai bon moment de détente. Je ne regrette pas ma lecture et vous la conseille de tout coeur!

  

Si vous avez aimé ça peut pas rater, vous pourrez aussi aimer :

 


Bonne lecture !Signature Gloewen


L’homme idéal existe. il est québécois de Diane DUCRET - Avis littéraire

mardi 26 septembre 2017

Aujourd'hui, je vais vous parler d’une de mes lectures plus si récente que ça. Il s’agit du roman de Diane DUCRET intitulé « L’homme idéal existe. Il est Québécois. » (merci maman Noël!!!)

l-homme-ideal-existe-il-est-quebecois-DIANE-DUCRET

J’ai été tout de suite séduite par le synopsis et, comme j’avais envie d’une romance, je me suis lancée!

Bonne nouvelle : l’homme idéal existe ! Le hic, c’est qu’il vit au Canada. Mais quand on rencontre l’oiseau rare, un Apollon en chair et en os, en humour et en gentillesse, on fait le voyage. Même quand on est une phobique de l’engagement et qu’on a une peur bleue de l’avion. L’amour mérite bien quelques sacrifices et… quelques épreuves. Pas facile pour cette Parisienne sophistiquée de troquer ses robes et talons pour des boots fourrées et des tenues de camouflages. Mais comment résister à la perle rare ?

Installée sous ma couette avec les bêtes à poils autour de moi, cette lecture a démarré plutôt pas mal. Dès les premières pages, le ton humoristique et rythmé est donné. Il y a des nombreuses répliques assez drôles et des situations cocasses, on a bien envie de savoir la suiteJ’aime beaucoup les métaphores, c’est très très imagé et décalé, et les expressions québécoises amènent des quiproquos assez rigolos.

Bref, le livre commence bien, me plaît beaucoup et j’ai hâte de lire la suite. Le côté invraisemblable de l'histoire ne m'a pas dérangé. C'était même plaisant! On est dans une romance, que diable!

Extrait 1 :

Je me retourne, il va bien sentir mon désarroi. Non, il sourit sous son bonnet triple épaisseur, avec ses chaussures pleines de poils. 

(Diane DUCRET – L'homme idéal existe. Il est Québécois.)
Ed. France Loisir - p11.

Sauf que… ça ne dure pas. Je trouve que ça dégénère, ça devient "trop"...

   

Parfois, les expressions québécoises sont un peu compliquées à suivre mais ce n'est pas ce qui dérange. C'est même plutôt sympatique et dépaysant. Non, ce qui m'a gêné, ce sont les faux quiproquos. Je dis faux parce que même si on ne comprend pas ce que ça veut dire, on ne va pas aller l'interpréter de la même façon que l'héroïne. Je trouve ça exagéré, un peu lourdingue et pas forcément drôle.

Autant, au début, je trouvais très rigolo le rythme, les blagues et ses grandes réflexions intérieures (les questions existentielles du genre "Mais pourquoi il fait ça? Si ça se trouve il veut ci ou alors ça" ou les théories sur les comportements féminins et masculins et leurs relations) autant ça m’a gavé rapidement. C'est devenu "trop". J’ai l’impression que c’est allé de pire en pire, j'aurais souhaité que ça reste simple et léger comme le début.

Et, je l'avoue, à la moitié du bouquin, l'héroïne me saoule et je m’identifie de moins en moins. Je la trouve un peu con-con, elle m'agace. Elle a trop de problèmes qui se veulent « de filles » et c’est beaucoup trop cliché.

Au bout d'une centaine de page, je trouve que ça n’avance pas. Je suis déçue

   

Pourtant, tout n’est pas négatif, j'avais envie de connaître cette histoire et de plonger dans leur intimité. Gabriel, par exemple, le fameux québécois, il a l’air sympa et j’aimerais vraiment le connaître plus. Malheureusement, il est survolé comme les autres personnages. 

Extrait 2 :

Jeune homme, fonctionnel, entièrement meublé avec goût, trente-cinq ans, loi Carrez, clair et calme, vue dégagée, idéal pour jeune femme, professions libérales acceptées, collocation possible. Squatteuses ou locataires à la semaine s’abstenir. p32

(Diane DUCRET – L'homme idéal existe. Il est Québécois.)
Ed. France Loisirs - p32.

 
En bref, c’est une grosse déception, j’avais mis quelques espoirs dans ce livre. Vous ne serez peut-être pas de mon avis mais je ne m’attendais pas à ça et ce n'est malheureusement pas un livre que je conseille. Je me suis ennuyée sur toute la fin.

       

Si vous souhaitez une romance sympa, vous pouvez vous tourner vers des livres comme Complètement cramé de Gilles LEGARDINIER ou  L'Amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS.  

Bonnes lectures !Signature Gloewen

 

L’amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS - Avis littéraire

jeudi 5 novembre 2015

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre L’amour et tout ce qui va avec de Kristan HIGGINS que j’ai lu récemment.

C'est parti pour la chronique sans spoiler!

l'amour et tout ce qui va avec Kristan HIGGINS
Editions Masaïc - 464 pages
Traduit de l’américain par Jeanne DESCHAMP

   J’avais envie d’une lecture qui change et sans prise de tête alors je me suis dit qu’une romance irait très bien. Mon regard est vite tombé sur ce livre coloré et recouvert de Smarties. Je dois dire que je n’ai pas été déçue.

   Callie Grey, l’héroïne de ce roman, est toujours éperdument amoureuse de son patron avec qui elle a eu une brève histoire mais, contrairement à ce qu’elle veut croire, il semble être passé à autre chose. D’ailleurs, le jour même de ses trente ans, il lui annonce non pas qu’il veut l’épouser mais qu’il sort avec une autre, que c’est assez sérieux et qu’elle va venir travailler à l’agence.

   C’est le coup de massue pour Callie mais elle va devoir faire bonne figure surtout que, ce soir, sa mère lui organise une charmante petite fête d’anniversaire… dans le funérarium familial! A partir de maintenant, c’est décidé, elle va devoir passer à autre chose et essayer de rencontrer quelqu’un…

   Ce livre est une romance comme je les aime. La lecture est simple (mais pas trop non plus, hein) et fluide. Elle nous donne quelques fourmillements dans le cœur et, du rire aux larmes, nous fait passer par toute une palette d’émotions. C’est un roman qui a su trouver écho en moi. J’ai adoré le contexte, cette ambiance de petit village rend les choses plus proches et plus intimes. De plus, l’histoire est bien amenée, pas trop rapidement mais juste assez pour la rendre crédible.

   Le déroulement en lui-même est assez classique et prévisible mais, ce qui fait la différence, ce sont les personnages de Kristan HIGGINS qui sont bien construits et très attachants. Personnellement, je me suis parfaitement imaginée à la place de Callie, cette héroïne un peu givrée, un peu boulet mais très touchante. J’aurais tout à fait pu avoir bon nombre de ses réactions !

 

En bref, l’auteur a une plume très agréable. C’est un livre que je ne manque pas de vous conseiller pour passer un bon moment au coin du feu ou sous une couette moelleuse.

 

 

Bonne lecture!Signature Gloewen

Jane Eyre de Charlotte BRONTË - avis littéraire

vendredi 31 octobre 2014

Janvier, le temps des bonnes résolutions est looooin!! Je suis complètement à la bourre dans mes chroniques! Mais qu’à cela ne tienne, aujourd’hui, je vais vous parler de Jane EYRE de Charlotte BRONTË (traduit de l'anglais par Noëmi LESBAZEILLES SOUVESTRE).

En avant pour la chronique sans spoiler!

Jane Eyre de Charlotte BRONTE - livre audio
Durée d'écoute : 21h30   -   Lecture par Mélodie RICHARD
Si tu veux savoir pourquoi un livre audio, tu cliques ici.

Oui, ça y est, j’ai sauté le pas!

C’est un Classique archi-connu et j’étais curieuse de le lire pour parfaire ma culture littéraire (ouh, ouh, ouh, les grands mots) et pour vérifier un préjugé que le film m’a donné il y a quelques années. Autant vous le dire tout de suite : j’ai détesté le film! Peut-être était-ce dû à mon âge car j’étais encore bien jeune mais j’ai détesté Monsieur Rochester et je ne comprenais pas pourquoi Jane tenait tant à lui.

Je partais donc avec mes à-priori.
  

Heureusement, le livre original a revu mon avis à la hausse! Il y a pas mal de différences entre le film et le texte de Charlotte BRONTË (dues au besoin du film j’image) et les parties coupées manquent à l’histoire au même titre que les pensées et réflexions de Jane.

J’ai apprécié les divisions franches du roman en fonction des différentes étapes de sa vie et les descriptions de la vie et des mœurs de l’époque. Cependant, parfois les explications sont un peu longuettes.
Par exemple, lorsque Jane Eyre veut expliquer une anecdote, elle raconte des éléments passés quelques heures avant qui n’apportent rien à l’anecdote.
(Du genre : «Je me baladais dans la cour lorsque, sous la douce brise caressant mon visage, je me suis arrêtée pour admirer le jardin aux magnifiques couleurs de fins d’été. Le vent faisait vibre chacune des petites feuilles qui dansaient et me rappelaient le… blablabla…» Tout ça pour raconter que, quelques heures plus tard, elle a croisé machin qui faisait un truc suspect quand elle était dans la bibliothèque...)
L’avez-vous ressenti? Je comprends que ça puisse être utile pour cerner le personnage et son caractère, sa vison des choses et son esprit mais j’ai trouvé que c’était beaucoup trop pour chaque anecdote racontée par JE.

Par contre, j’ai apprécié l’histoire de cette femme et les diverses «aventures» qu’elle vit, même si cela ressemble un peu trop à un conte de fées [spoiler]( Il était une fois une pauvre petite fille malchanceuse qui doit lutter contre son statut et l’adversité [...] et ils se marièrent et eurent de beaux enfants... Fin. )[/spoiler], et la façon dont elle est contée. Les personnages que Jane rencontre sont aussi développés et on sait ce qu’ils deviennent par la suite même si cela n’a plus d’intérêt dans la vie de JE. C’est un bon point pour moi. Toutes nos questions trouvent des réponses.
  

En bref, cette lecture n’a pas été un coup de cœur mais je suis contente de connaître enfin cette œuvre. Si vous aimez les classiques, allez-y!

 


 Pour info :

Jane AUSTEN : Hampshire, Angleterre (1775- 1817, décédée à 41 ans)

Charlotte BRONTË : Yorkshire, Angleterre (1816-1855, décédée à 38 ans)

  • Jane Eyre en 1847
  • Shirley 1849
  • Villette 1853

Bonne lecture!Signature Gloewen

 

Tentation de Stephenie MEYER - Avis littéraire

vendredi 19 septembre 2014

Quelques mots, vite fait, sur le deuxième tome de la saga Twilight : "Tentation" de Stephenie MEYER (traduit de l'américain par Luc RIGOUREAU).

Tentation de Stephenie MEYER - Twilight
Hachette black moon : 570 pages
Le livre de poche : 576 pages
Audiolib : 13h30

 

Voici donc ma chronique sans spoiler sur ce tome (mais, attention, elle peut comprendre des spoilers sur le tome précédent).

Isabella est au toujours au lycée et vit avec son père dans la petite ville de Forks. Depuis quelques mois, elle sort avec Edward, un vampire à la beauté fascinante. Personne, hormis les autres vampires, ne connait la véritable nature de son compagnon. Son histoire d'amour est dangereuse et serait condamnée par ses proches. Jusqu'à quand pourra-t-elle continuer? Pourrait-t-elle se passer de lui?

Comme je le disais lors de ma chronique concernant le premier volume "Fascination", ce n'est pas un roman fantastique comme on a l'habitude de se l'imaginer. Ce n'est pas un roman de vampire avec une histoire d'amour à l'intérieur mais bien l'inverse. Il s'agit principalement d'un roman d'amour, plus ou moins impossible, avec des êtres surnaturels : les vampires.

Je ne m'étendrai pas sur l'histoire elle-même de peur de vous gâcher la surprise (ça enleverait un grand intérêt au roman) mais je peux vous dire que l'on y retrouve les personnages découverts dans le premier tome, que l'on y développe notre connaissance sur les vampires et que l'on y apprend même des choses assez surprenantes.

Ce roman est composé de la même façon que le précédent volume : un texte très très accessible avec une touche d'action en dernière partie.

J'ai, tout de même, apprécié ma lecture mais je suis déçue, pour moi, il manque un truc. J'aurais aimé un petit quelque chose en plus, peut-être des relations entre les différents personnages plus fortes et plus développées, qu'il me fasse vivre un peu plus d'émotions car, au final, il ne s'y passe pas énormément de choses (ok, dans le premier non plus et pourtant j'ai adoré mais les émotions étaient là) et j'ai l'impression d'un survol.
  

En bref, ce livre ne m'a pas touché de la même façon que le précédent volume, même un peu déçue, mais cela reste une lecture à l'eau de rose agréable. J'ai prévu de lire la suite.

  

Retrouvez le tome 1 de Twilight : Fascination de Stephenie MEYER en cliquant sur le lien.

Bonne lecture!Signature Gloewen


A Mélie, sans mélo de Barbara CONSTANTINE – Avis littéraire

mercredi 13 août 2014

Aujourd'hui, je vais vous parler de "A Mélie, sans mélo" écrit par Barbara CONSTANTINE (je suis vraiment vraiment vraiment en retard dans mes chroniques *oups* j’ai du mal à tenir mes bonnes résolutions de janvier).

En avant la chronique sans spoiler!!

a melie sans melo de barbara constantine
Editions Calmann-Levy : 244 pages
Editions Le Livre de Poche : 247 pages

Mélie, veuve de soixante-douze, a passé des examens médicaux et les résultats viennent d’arriver. Seulement, c’est l’été et sa petite fille va, pour la première fois, venir passer les vacances chez elle. Mélie compte bien profiter de chaque minute avec sa petite Clara, les résultats peuvent bien attendre...

Il ne faut pas se mentir, ce roman est dans la même lignée que "Et puis, Paulette..." donc, si vous ne l’avez pas aimé, passez votre chemin.

On entre dans l’histoire dès les premiers mots et c’est avec bonheur que l’on fait la connaissance des différents personnages. Le livre nous présente des petits morceaux de vie qui nous font sourire, tantôt émouvants, tantôt drôles et parfois farfelus.

Tout n’est pas toujours crédible mais c’est très agréable à lire. C’est un livre qui nous rend Bisounours. Le langage est simple, léger, parfois familier et les personnages sont attachants (peut-être auraient-ils mérité d’être un peu plus creuser mais c’est un détail et ce n’est pas vraiment ce que j’attendais de cette lecture).

On reconnaît bien le style de Barbara CONSTANTINE que j’avais découvert dans "Et puis, Paulette...". J’avais d’ailleurs l’impression de lire un peu la même histoire. Cela m’a un peu dérangé au début mais, au final, j’ai passé un délicieux moment en lisant ce roman.
(Pour info, " A Mélie, sans mélo" date de 2008 tandis que "Et puis, Paulette..." est de 2012)
  

En bref, j’ai aimé l’histoire, sa douceur et sa fraîcheur. C’est une lecture agréable, rapide et sans prise de tête que je vous conseille si vous aimé ce genre d’histoire.

    

Si vous avez lu ce livre et que vous cherchez d’autres histoires dans le même genre, je vous conseille Et puis, Paulette... du même auteur ou les romans de Gilles LEGARDINIER : Et soudain tout change, Demain j’arrête et Complètement cramé.

Bonne lecture !Signature Gloewen

La fille du papillon de Anne MULPAS - Avis littéraire

samedi 19 juillet 2014

Je reviens à vous avec La fille du papillon écrit par Anne MULPAS. C’est un livre que j’ai reçu par les éditions Sarbacane suite au concours que Herby’s book organisait pour fêter le premier anniversaire de son blog.

Aussitôt reçu, aussitôt lu! Voici donc ma chronique sans spoiler!

La fille du papillon de Anne MULPAS

Je peux déjà vous dire deux choses :

  1. J’ai englouti ce roman
  2. J’adore la couverture pleine de couleurs

Ce roman est le journal intime d’une jeune fille de 16 ans, Sloveig. Lycéenne et vivant à Reims, elle vit seule avec son père depuis que sa mère est décédée. D’ordinaire, elle déteste tous les « trucs de fille » mais elle s’est lancée après sa rencontre avec un jeune garçon qu’elle surnomme son « Monde »…

Une adolescente est censée écrire ce journal alors les mots employés sont simples et le langage parfois familier ou même "texto". Ce sont les idées écrites dans une sorte de vrac (organisé, hein) et avec des phrases courtes comme celles issues du cerveau hystérique d’une lycéenne à l’imagination débordante. Oui, je l’avoue, ça m’a rappelé… moi! *nostalgie*
On se fait très vite au style un peu original qui, par moment, ressemble à de la poésie et où les mots donnent l’impression de chanter. C’est très très agréable.

Solveig est intéressante et attachante mais j’ai un petit regret quant aux autres personnages qui sont moins travaillés. En même temps, ce sont des personnages secondaires et nous les connaissons uniquement par les yeux de la jeune fille.

C’est un roman avec de l’imagination, de la poésie mais aussi de la profondeur. L’adolescence est un stade de la vie où l'on se cherche énormément et Sloveig n’y échappe pas avec son lot d’émotions contradictoires. Elle se pose énormément de questions sur le monde, sur la vie, sur l’avenir et sur sa place. J’ai aimé les réflexions que ce livre amène et sa façon de déclencher certaines émotions suivant les situations (tristesse, joie, désespoir, rire.. .).

S’il faut vraiment trouver un défaut à La fille du papillon, je dirais les premières pages, le temps que l’histoire se mette en place, car je me demandais vers où ça allait aller. Mais j’ai été prise au jeu très vite et n’ai pas vu cette lecture passer!

 

En bref, une lecture fort sympatique que je vous conseille pour passer un bon moment. J’ai retrouvé, durant 200 pages, la lycéenne que j’étais!  

 

Je remercie chaleureusement Herby’s book et les éditions Sarbacane pour cette très belle découverte!

Bonne lecture!Signature Gloewen

 

Fascination de Stephenie MEYER - Avis littéraire

vendredi 18 juillet 2014

La lecture du jour est «Fascination» de Stephenie MEYER. Eh oui, je me suis enfin lancée dans la saga Twilight avec ce premier tome! Je regrette d’avoir attendue si longtemps et remercie la médiathèque où il m’a tendu les bras!!

Voici donc ma chronique sans spoiler!

Fascination de Stephenie MEYER
Traduit de l'américain par Luc Rigoureau***2005
  

Vous connaissez le thème sans aucun doute, c’est une histoire de vampire mais aussi un roman d’amour.

Isabella est au lycée. Ses parents ont divorcé et elle vit avec sa mère à Phoenix la capitale de l’Arizona. Cette dernière a rencontré un homme qui bouge beaucoup pour son travail et Bella, afin de lui laisser de la liberté et ne pas être dans ses pattes, décide d’aller vivre avec son père dans la petite ville de Forks (Etat de Washigton).
Son cadre de vie va changer du tout au tout. Elle passe du soleil, de la technologie et de l’anonymat dans la plus grande ville d’Arizona à une ville de 3000 âmes, où tout le monde se connait, où tout est gris  et où il pleut tout le temps. La jeune fille doute fortement s’y habituer...

C’est Isabella qui raconte l’histoire, son histoire. Le roman est à la première personne. Dès les premières pages, le vocabulaire employé, très riche (c’est agréable), et le style des phrases posent une atmosphère bizarre et tendue. Les mots désuets ou peu employés de nos jours provoquent un décalage (eh oui, les vampires sont nés à une autre époque) et participent à cette atmosphère. Durant toute la lecture, on ressent une tension : du désir et de la peur.

Dans la version audio, le phénomène est accentué par la musique d’ambiance et le ton utilisé par Maia Baron. Sa voix colle totalement à l’histoire. Elle prend une voix d’adolescente qui semble apeurée et les mots sont presque chuchotés comme si elle nous relatait des faits étranges tels une invasion d’Extra-terrestre ou la sorcière de Blair Witch. Parfait pour une histoire de vampires!

Les personnages sont vraiment attachants et on s'identifie facilement. Stephenie MEYER a une façon prodigieuse de décrire les émotions qui traversent les personnages, en particulier celles de l’amour, de la séduction et du désir. Elle y excelle au point de nous faire ressentir la même chose, cette tension et ce petit frisson que cela provoque.

C’est une histoire d’amour et l’action n’est pas le point essentiel du roman, cependant, il s’y passe tout de même des choses...

 

En bref, malgré les à-priori que vous pouvez avoir avec le côté sur-médiatique (comme j’en ai eu), c’est un livre que je vous conseille!! J'adore!!! Il est super prenant!!

 

C’est un roman que j’aurais absolument adoré lire au lycée!! Il s’agit du premier volume d’une saga qui en compte quatre mais on peut sans difficultés s’arrêter à celui-là. Encore faut-il le vouloir car il est très difficile de quitter les personnages et l’univers du roman.

Si tu veux savoir pourquoi un livre audio, tu cliques ici.

Bonne lecture!Signature Gloewen

Orgueil et préjugés de Jane AUSTEN - Avis littéraire

lundi 7 juillet 2014

Je viens de finir "Orgueil et préjugés" écrit par Jane AUSTEN et voici ma chronique sans spoiler!
Traduction de Valentine LECONTE et Charlotte PRESSOIR

Peut-être vous souviendrez-vous de mon avis sur le roman "Emma" du même auteur. Je n’avais pas vraiment été enchantée et même plutôt déçue tellement j’en avais entendu parler en bien. Aujourd’hui, je m’attaque à un monument puisque "Orgueil et préjugés" est un grand classique de la littérature. Après ma lecture déçue, de nombreuses fans de Jane AUSTEN m’ont fortement conseillé ce roman et c’est grâce à la médiathèque que tout s’est joué lorsque je suis tombée nez à nez avec le livre audio aux éditions Brumes de mars.

Jane AUSTEN orgueils et préjugés Livre audio
Durée d'écoute : 11h10     -     Lecture par Evelyne LECUCQ
Si tu veux savoir pourquoi un livre audio, tu cliques ici.

En Hertfordshire, vivent le couple Bennet et leurs filles. Un jour, Mr Bingley, un riche jeune homme célibataire, s’installe dans un domaine proche du leur avec ses deux sœurs et un ami. Mrs Bennet y voit là une occasion de marier l’une de ses cinq filles.

Paru en 1813, le roman se déroule dans la bourgeoisie anglaise et est destiné aux jeunes filles. Comme on peut se l’imaginer, il s’agit d’une romance entre jeunes filles de bonnes familles et parfaits gentlemen.

A l'instar d'Emma, on retrouve ici une lecture très lente où il ne se passe que peu de choses. Si l'on devait résumer le livre, cela serait rapide! Pour ce que je peux en juger avec ce deuxième ouvrage, il s'agit bien du style de l’auteur (d'ailleurs, saviez-vous qu’elle a écrit le livre à 21 ans?). Cela correspond également à l'époque et les jeux de l’amour, de la séduction et du mariage sont bien différents aujourd’hui. Cette lecture contient très peu d’action et surtout beaucoup de réflexions sur les divers protagonistes, sur leur caractère ou les impressions qu’ils donnent. En fait, le roman porte bien son titre!

Cependant, malgré un début difficile, on s’attache très vite aux personnages et on se prend à l’histoire qu’il est triste de quitter en tournant la dernière page. J’ai aimé m’identifier aux personnages et principalement à l’héroïne et j’ai aimé cette histoire d’amour et son déroulement, très prévisible, qui serait quelque peu incongru à notre époque. C’est un roman très idéalisé et très «bisounours» mais qui reste agréable à lire. On peut y entrevoir une certaine critique de l’époque par rapport aux calculs et affaires prévu dans les mariages et à l'importance de la richesse et du statut social.

NB : J’ai imaginé un moment lire ce roman en anglais mais le vocabulaire utilisé est d’époque et plutôt soutenu. Je ne pense pas avoir encore le niveau pour cela!

En bref, peut-être un peu lent mais une romance bien sympathique et des personnages avec qui on aime partager l’histoire.

Orgueil et préjugés de Jane AUSTEN
C.E. BROCK - 1895

PS : Du coup, j’ai envie de tenter "Persuasion" ou "Raison et Sentiments"! Qui l’aurait cru?! Amélie, si tu passes par là, dis-toi qu’un jour on pourra aller à Bath, ça me ferait plaisir!

Bonne lecture!Signature Gloewen

 

Posté par Le coffre de Gloewen et Scrat à 12:38 - - Permalien [#] - Bafouilles [20]
Laissez votre impression!

Tags : , , , , , , , ,

Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine PANCOL - Avis littéraire

mercredi 25 juin 2014

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman de Katherine PANCOL : Les yeux jaunes des crocodiles (2006). Emprunté à la médiathèque, ça faisait un moment qu’il m’intriguait !

Les yeux jaunes de crocodiles de Katherine PANCOL audiolib
Editions Audiolib : 19h (Livre lu par Marie-Eve DUFRESNE)
Editions France Loisir : 714 pages
Editions Le Livre de Poche : 661 pages
Editions Albin  Michel : 651 pages

L'histoire :

*Joséphine et Antoine sont mariés et ont deux filles mais ça ne va plus vraiment entre eux.
*Joséphine vient d'une famille aisée et a une soeur dont elle est toujours restée dans l'ombre, d'ailleurs, elle reste toujours dans l'ombre de tout le monde.
*Depuis qu'Antoine a perdu son boulot bien placé et très bien payé, il y a deux ans, il ne travaille plus. Il pense qu'il retrouvera un autre travail du même niveau et ne veut pas s'abaisser à en prendre un plus bas et moins rémunéré. Il devient maussade, tourne en rond et délaisse sa famille sans s'en apercevoir. Avant il se moquait des recherches de Joséphine sur la vie des femmes au 12ème siècle, maintenant, c'est ce qui les fait vivre.
*Ils ne vont pas tarder à se séparer.

Je trouve ce roman très très lent et ennuyeux. J'ai eu du mal à me motiver à poursuivre et j'ai l'impression qu'il ne s'y passe pas grand chose. Il est pourtant simple à comprendre et parle *presque* de la vie de tous les jours. Mais c’est sous une lumière assez déprimante qu’il le fait, il faut le dire.

Les personnages sont torturés et entre les soucis d'argent, les hypocrisies et les coucheries, il est difficile de voir la vie du bon côté et d'avoir foi en la nature humaine. Peut-être est-ce dû au fait que les dernier livres contemporains que j'ai lus (Complètement Cramé, Demain j'arrête ou encore Et puis Paulette) étaient plein de bonheur, comme un concentré de joie, et m'ont rendus bisounours... Ici, c'est plutôt le contraire! Si tu es trop euphorique ou joyeux et que tu veux redescendre, c'est LE livre à lire.
  
Le résumé du quatrième de couverture nous dit : "Ce roman, c'est la vie". Je ne suis pas d'accord avec ça ou alors pas la vie du commun des mortels. Il est histoire d'argent *de beaucoup d'argent* du grand monde, d'avocats, de dirigeants de très grosses entreprises, de mode, de Stars, de Reine d'Angleterre, etc...

Pour moi, on dirait un Harlequin mais en beaucoup plus lent et en moins vrai. Même l'histoire d'amour sonne faux. Je suis déçue car la couverture pétillante et le titre rigolo me faisait espérer un autre type d'histoire! Du coup, je n'ai plus du tout envie de lire les autres livres de Katherine PANCOL (j’ai d’ailleurs rendu, sans les lire, les suites de ce roman à la médiathèque et je fuis lorsque je vois son nom)

 

Pourtant, tout n'est pas à jeter dans ce roman. Même si, dans la réalité, ils ne seraient pas très crédibles, à la longue, on finit par s'attacher à quelques uns des personnages. L'idée globale du roman n'est pas mauvaise non plus, il y a énormément de potentiel mais ça part dans tous les sens. Au collège, en cours de français, on nous aurait dit : "hors sujet". Il y a des choses qui sont développées dans ce livre mais qui n'apportent rien au récit et des personnages qui auraient plutôt mérités leur propre histoire. On s'égare un peu.

De plus, il y a trop de choses invraisemblables et toutes les actions sont très prévisibles. Je pense que c'est la façon dont l'histoire est traitée et présentée qui cloche. En fait, je crois que c'est une histoire que j'aurais envie de découvrir mais autrement, retravaillée ou par un autre auteur peut-être...


En bref, vous l'aurez compris, je n'ai pas accroché à ce roman. Je l'ai trouvé lent, très déprimant et peu crédible. Ce n'est vraiment pas une lecture que je vous conseille.

Donjon book monster

La lecture de ce roman entre dans le Challenge littéraire "Dungeon Book Monster".

Session 2 : Equipe Gandalf, Niveau 1.
Session 2 : Pas de bonus pour cette attaque.

J’ai attaqué le Golem avec des bombes qui lui ont fait perdre 714 PV.  L’attaque était difficile mais ça valait le coup !

 

Edit :
Je viens de me rendre compte qu'une adaptation cinématographique est sortie sur les écrans noirs le 09 avril 2014. C'est un film de Cécile TELERMAN.
Par curiosité, j'ai regardé le casting puis la bande annonce et je dois dire que je suis agréablement surprise. Je n'ai pas du tout la même impression que pour le livre, l'histoire à l'air d'être tournée différemment et attise ma curiosité! Je vais peut-être me laisser tenter! ;)

  
Bonne lecture!
Signature Gloewen